Madame la Peur
Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest

Mme la Peur aime frapper à la porte le dimanche soir

Elle s’impose, s’insinue, elle rampe tel un serpent, prête à vous attaquer et distiller son venin !
Je parle d’elle car pour un premier article du dimanche soir, je trouve qu’elle (Mme la Peur) frappe souvent à notre porte.
Le portail de la liberté qui s’ouvre le vendredi soir nous offre ces quelques heures d’échappatoire. Qu’on aime son boulot ou non, cette fraction d’espace-temps est notre cours de recréation. Et, très vite consommée, nous retournons à notre réalité ; celle du dimanche soir.
Quel bilan de ce court échappatoire?
Ressentons nous de l’appréhension à retourner dans le cycle de la semaine ? Certainement, un peu…
Car Mme la Peur aime nous prendre par les tripes. Elle n’apprécie pas que notre cerveau la contredise avec un soit disant raisonnement logique, c’est son antithèse. Et pour cela, elle a ses outils, comme la projection, la pseudo création d’un micro futur. Et, si, nous l’appelons Madame la Peur, c’est bel est bien parce qu’elle ne va pas forcément nous aider à concevoir la meilleure version hypothétique de demain.
Alors, nous souhaitons reprendre le contrôle, nous ne nous satisfaisons rarement de ce genre de plan, en tout cas nous ne devrions pas. Il faut donc bien l’affronter cette femme. Et parfois, je me dis à quoi ressemble-t-elle, car j’aimerais avoir une petite discussion avec elle mais, vous savez, le genre de conversation que l’on souhaite vraiment avoir face à face. Et je crois bien que chacun, peut se la représenter comme, il ou elle le souhaite (homme ou femme). Mais pour moi, elle serait sans conteste : élégante, joueuse, rusée, caractérielle, parfois lunatique et très vaniteuse. Madame vient bien souvent titiller notre égo. Je ne sais point si je la vois sombre, prête à nous torturer ou bien vêtue de clair nous poussant à chercher la force induisant le dépassement.
Elle a aussi de bons côtés alors, semblerait-il, mais seulement si nous lui faisons face, on appellerait cela sortir de notre zone de confort. Notre très chère amie préfère que nous restions en terrain connu. Mais aime-t-elle aussi les défis ? Je crois qu’elle désire surtout que nous relevions les défis et souhaite que nous travaillions étroitement avec Monsieur Espoir.
Elle est aussi un peu sadique, elle prend plaisir à nous sentir au bord du précipice et elle attend de voir si nous allons sauter. La technique du saut, je crois qu’elle s’en fout bien, c’est surtout l’impulsion, la peur du vide qui la fait jouir.

 

Mme la Peur est-t-elle réellement une salope ?

Sans la peur vivrions-nous sans limites ?
Est-ce que nous serions équipés pour évaluer les risques ? Mais sans peur il n’y aurait pas de risques..
Or, le monde n’est pas parfait et remplit uniquement d’opportunités positives, d’actions dont il résulterait un tournant bénéfique.
Alors Madame, nous apprendrait à faire preuve de sang-froid et d’essayer de définir ce qui est bon pour nous et serait aussi parfois source de motivation, elle jouerait alors le rôle de moteur, d’expansion et de poursuite de nos rêves.

Petit interlude astrologique

Si je devais faire un parallèle avec les planètes du système solaire et leurs attributs, j’associerais sans conteste la peur à la planète Saturne ou encore appelé “le grand maléfique”. Cet astre est synonyme de fatalité, de limites, de retards mais aussi de sagesse, de structure et d’apprentissage.

Son opposé est Jupiter, planète de la chance et de l’expansion. Saturne contre Jupiter, la peur contre l’expansion/l’amour. Toute action n’est-elle pas basée sur ce paradigme?

"La peur enveloppe nos corps dans des vêtements, l'amour nous permet de rester nus"

L’illusion

Donc de rester vrai, juste et de ne pas basculer dans l’illusion de la peur qui demeure un écran de projection mentale. Un véritable danger existe-t-il ? Devons-nous nous préserver d’un danger imminent mis en exergue par notre cerveau reptilien ? Sommes-nous toujours à la préhistoire, un animal veut-il nous écraser ou nous enfourcher de ses cornes ?
Ce n’est qu’une peur ! Qui nous éloigne de notre potentiel, la peur serait-elle un choix ?

Balance it ! Ou trouver son équilibre

Quand elle se joue de nos émotions, cette “bitch”, il est parfois bien compliqué de lui dire, va-t-en ! Pour être polie 😉
Elle crée une pression sur notre corps et toute une série de maux ; nous étrangle, nous oppresse, en fait, elle essaie de venir à bout de nous.

Mais au delà de la panique, elle est surtout un état de choix, on apprend à maîtriser sa peur avec le temps et l’âge (encore Saturne). Et si cela peut sembler comme impossible lors de la première ou des premières expériences, elle devient plus consciente et s’inscrit dans un état d’esprit. La lame du fou (carte du tarot) illustre un nouveau départ, “a leap of faith“, se faire confiance, faire confiance à son jugement et sauter. Et c’est bien là, une technique pour dépasser, si je puis dire, d’un niveau de sa vie à un autre niveau. Bien entendu, le “leap” peut être réalisé parfois pour une bonne cause et parfois une erreur. Mais au moins, cette expérience nous a appris à sauter ; à nous dépasser, à croire, à prendre de la hauteur et observer un nouveau paysage.

Et si le dimanche soir, je me créais une distraction et admirais la Dame en rouge ? Vous connaissez le passage de Matrix ? dans lequel Néo admire la Dame en rouge, elle le distrait.
N’est-elle pas fascinante, un véritable point focal qui fait vaciller notre monde? Étrangement, elle me rappelle Madame la Peur, elle porte juste un masque différent (celui de Jupiter) celui du divertissement, de l’exaltation qui nous détourne l’espace d’un instant de la pure et dure réalité (Saturne). Voici, ce que je vous souhaite pour votre dimanche soir, peu importe ce qu’est, ou, qui est votre Dame en rouge !

#SundayEvening
#Dimanchesoir
#ladameenrouge
#MmeLaPeur
#Leapoffaith

Enregistrez-vous

Share this post with your friends

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest

1 thought on “Madame la Peur”

  1. Merci pour ce témoignage qui nous rapelle que l esprit aime se raconter des histoires pour le meilleur et pour le pire. Depuis tout petit, on nous prépare à notre futur job mais quand vient l heure, on se sent faible et depourvu de qualités. Et pourtant quand il n y a pas d enjeux, tout coule de source. On devrait instaurer un monde actif sans obligation idéalement si bien que nous ne serons plus tributaire des autres. Cela peut marcher si seulement les voix l emportent. Ah aujourd’hui, votre commerce est fermé. Il n ya personne. C est un jour neigeux? Non il n y a pas de raisons dit l autre

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *